Un peu d’amour pour les «arbres mal-aimés»

10 mai 2018

On a souvent l’impression que nos forêts sont exploitées au maximum de leur capacité, sinon à surcapacité — et cela a certainement déjà été le cas. Mais ce n’est pas vrai du tout pour les feuillus, qui ne sont même pas exploités à la moitié de ce que la forêt serait capable de fournir, a trouvé une étude présentée mercredi au congrès de l’ACFAS.
Jean-François Cliche

Lire l’article complet publié dans leSoleil ››

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


Partager: