Analyse financière du potentiel des arbres morts en tant que matière première pour l’exportation de granulés de bois

7 août 2017

Image : Rondelle de bois de sapin baumier mort

 

La demande mondiale de matières premières issue de la biomasse forestière a considérablement augmenté ces dernières années, principalement en raison de la mise en œuvre de politiques et de stratégies pour l’atténuation des changements climatiques et pour la production d’énergie renouvelable dans de nombreux pays.

La biomasse provenant d’arbres morts a été reconnue par le Panel International sur le Changement Climatique (GIEC) comme une source prometteuse de biomasse forestière pour la bioénergie à l’échelle mondiale à la fois en raison de sa disponibilité à grande échelle et de son potentiel de limitation du réchauffement climatique. Dans l’est du Canada, les arbres morts sont non seulement très abondants, mais aussi considérés comme des contaminants dans la chaîne d’approvisionnement en bois des usines de pâtes et papiers.

L’objectif général de cette étude, effectuée en collaboration entre le Centre de Recherche sur les Matériaux Renouvelables, Ressources Naturelles Canada et Utrecht University était de déterminer les conditions de rentabilité d’une scierie indépendante de l’est du Canada (c.-à-d., non affiliée à une usine de pâte à papier) pour produire des granulés destinés à l’exportation internationale en utilisant des produits conjoints ou des bois ronds issus d’arbres morts comme matière première. Nous avons comparé le rendement et la valeur monétaire des arbres morts à différentes tailles et niveaux de dégradation pour la production de granulés de bois, seuls ou en conjonction avec la production de bois d’œuvre, aux conditions actuelles du marché. Nos résultats suggèrent que l’utilisation d’arbres morts pour le bois d’œuvre et les granulés est presque aussi rentable que pour le bois d’œuvre et la pâte, avec une différence d’environ 1 à 12% selon la taille de l’arbre. Les arbres morts de toutes les classes de dégradation du bois pourraient constituer une matière première intéressante pour les granulés car la densité du bois n’est que légèrement affectée par la dégradation du bois. Les petits arbres morts (Diamètre à Hauteur de Poitrine DHP <15 cm) pourraient servir à toutes les utilisations, car la différence entre les revenus et les coûts reste généralement minimale. Les arbres morts plus gros ne semblent pas représenter une option financièrement viable selon les prix actuels du marché, à moins que des subventions appropriées ou d’autres types de soutien financier ne soient fournis. Les critères de durabilité appliqués par les consommateurs européens pourraient donc être un facteur déterminant pour l’importance future des arbres morts de l’est du Canada en tant que source de matières premières pour la production de granulés de bois.

Pour plus d’information, voir l’article.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


Partager: